Aller au contenu

Une école sous un arbre

Eric Bansé, notre correspondant à Zabré, puis l’un de ses amis ont publié sur les réseaux sociaux ces images afin d’alerter sur la situation des élèves dans un des villages de la commune de Zabré.

« La scène se passe à Bangou-Pondoya ,un quartier de Bangou.
Ils sont assis autour de leur maîtresse, sous un arbre, sans ombre, sans bureau, sans tableau,sans… sans…sans…pour apprendre ! »

 

 sous un arbre Burkina Entraide

 

« IL FAUT SAUVER CES ENFANTS ABANDONNES ! CE POST TIENT LIEU D’APPEL A TOUTES BONNES VOLONTÉS D’ICI ET D’AILLEURS. Merci de le partager.

Nous sommes au quartier Pondoya du village de Bangou dans la commune de Zabré, province du Boulgou. Ces images que vous voyez ne sont pas celles d’une soirée de contes sous l’arbre à palabres. Non ! Sur ces images, ce sont plutôt des élèves de l’école Primaire Publique de ladite localité : Pondoya-Bangou.

Dans l’inconfort total et dans une pénibilité extrême, ces élèves apprennent à lire, écrire, compter, chanter…. Le plein air, c’est ce qu’ils savent d’une salle de classe. Sans table-bancs, ils apprennent à lire et même écrire, l’ardoise ou le cahier placé au sol ou sur la cuisse, le corps tout entier courbé, l’esprit ravagé par les cris stridents des oiseaux et la présence distrayante de ces animaux. C’est palpitant ! Oui, renversant ! Ils sont sous un arbre dont les feuilles commencent à sécher et à tomber. Ces herbes qui les environnent peuvent bien être des nids de certains dangers comme ces redoutables reptiles qui écument nos villages en ces temps d’harmattan.

Ils sont au total 69 élèves dont 32 en classe de CP1 et 37 en classe de CE1 et ce sont ces derniers que vous voyez sur les images entourant quasiment leur maîtresse. Pour information, l’école a été ouverte il y a déjà 3 ans.
Je voudrais rendre un vibrant hommage à Madame KANZIE, la directrice de l’école, et à sa collègue. Eh oui, c’est dans cette adversité folle que ces deux braves enseignantes, chaque jour, déploient courageusement d’incroyables sacrifices pour l’éducation de ces enfants et par là-même, pour la construction de notre si cher et beau pays.

Hommage aux parents d’élèves qui ont décidé d’ériger des salles de classes de fortune, en banco notamment, dans le secret espoir que l’autorité publique leur vienne en aide.

 

 

Reconnaissance à l’Association Burkina Entraide basée en France et qui a montré le chemin en faisant don de 7 table-bancs à cette école sous la coordination de son correspondant local, Eric Bansé .

Alors, chers amis, quelque chose peut-il être fait pour ces enfants ?

Pour tous contacts et informations, je demeure à votre service. »

 

Pour nous aider

Share Button